Startseite Über die Stadt Rathaus &
öffentliche Einrichtungen
Tourismus & Freizeit Kunst und Kultur im Kloster Bildung, Kirchen
und Soziales
Wirtschaft,
Bauen, Immobilien
Energie & Umwelt

Über die Stadt

Stadt Ochsenhausen
Information en francais
Bienvenue à Ochsenhausen

La ville d'Ochsenhausen se trouve le long de la Route du baroque, au cúur de la Haute-Souabe. Son appellation officielle de « lieu de détente » est la promesse de pouvoir y passer des vacances de qualité. Grâce à sa situation géographique, Ochsenhausen est un lieu de départ idéal pour faire des excursions autour du lac de Constance ou dans les Alpes, ou encore pour visiter les joyaux du baroque souabe.

En 1950, Ochsenhausen a obtenu le statut de ville. Avec ses communes Mittelbuch et Reinstetten, la ville compte aujourd'hui environ 9000 habitants. Depuis des années, il existe des jumelages avec les villes de La Fère en France, et de Subiaco en Italie.


La tradition monastique

De loin déjà, on aperçoit l'ensemble monumental de l'ancienne abbaye impériale qui couronne la ville. Pendant plus de sept siècles, des moines y ont vécu et travaillé selon les règles de Saint-Benoît : « Ora et labora » : prie et travaille !

C'est en 1093, lors de la consécration de la première église abbatiale par l'évêque de Constance, que le nom d' Ochsenhausen est mentionné pour la première fois dans un document officiel. C'est une donation de trois frères de la noblesse locale, Konrad, Hawin et Adelbert de Wolfertschwenden, qui est à l'origine du monastère. Au début il s'agissait seulement d'un prieuré dépendant du monastère St. Blasien en Forêt Noire, mais le nouveau monastère d'Ochsenhausen gagne rapidement en taille et importance. Trois siècles plus tard, le monastère se libère de la tutelle de St. Blasien et devient une abbaye autonome.
Pas plus de cent ans après, en 1495, l'ascension est accomplie : Ochsenhausen devient abbaye impériale avec tout ce que cela comporte : juridiction propre dans son territoire et siège et voix à la Diète (l'assemblée de l'Empire). Comme signe visible pour le monde extérieur de cette nouvelle situation et importance, de considérables travaux d'agrandissement sont entrepris.

C'est au temps du Baroque que l'abbaye connut son apogée. Ses abbés s'entouraient de signes de pouvoir et de gloire, tels des princes laïcs. Un temps de luxe et grande pompe commença. Au réfectoire, leur salle à manger aux décors luxueux, les moines mangeaient dans des assiettes en argent et buvaient leur vin dans des gobelets en or. Les peintres et les sculpteurs les plus célèbres de leur temps fréquentèrent le monastère et y laissèrent leurs traces pour toujours. La musique joua un rôle primordial, mais les sciences eurent également une place de choix à l'époque du rationalisme notamment. Outre les études de physique et de chimie, les religieux se consacraient aux mathématiques et à l'astronomie : ils enseignaient comme professeurs à l'université de Salzburg.
Encore aujourd'hui, un observatoire baroque, conservé dans une des tourelles de l'abbaye d'Ochsenhausen, témoigne du génie scientifique des moines.
Pendant le 17ème siècle, les abbés érudits d'Ochsenhausen possédaient même leur propre université, qui ne survécut cependant que peu de temps à cause de la peste et la Guerre de Trente Ans.

L'année 1803 marque la fin de cette époque dorée. La Sécularisation, à la suite des guerres napoléoniennes, signifia la fin de cette grande et glorieuse abbaye bénédictine
d'Ochsenhausen. Les religieux durent quitter le cloître, et son dernier abbé, Romuald Weltin, qui avait régné depuis 1767, fut obligé de se retirer. Les possessions considérables (le territoire de l'abbaye au moment de sa dissolution comprenait 255 kilomètres carrés avec 8 665 habitants ; les revenus annuels atteignaient 120 000 florins) tombèrent dans les mains des seigneurs laïcs, comme par exemple le prince de Metternich, père du ministre qui deviendra célèbre lors du Congrès de Vienne. Il devint le nouveau maître de la colline du cloître. Un « règne » qui cependant ne devait pas durer longtemps. 20 ans plus tard, en 1825, son fils vendit toute la propriété au Roi du Württemberg pour 1,2 millions de florins. La bibliothèque de l'abbaye avec ses milliers de volumes d'une valeur inestimable (les contemporains la vantaient comme l'une des plus belles et plus grandes en Souabe) fut dispersée aux quatre coins du pays.
De nos jours, seuls quelques noms de rues ou de bâtiments rappellent cet intermède princier : Allée du Prince ; Rue du Château, Palais du Prince. (Fürstenallee, Schlosstrase, Fürstenbau)


Au début était le búuf

Si l'on en croit la légende, tout commença avec un búuf. C'est à un exemplaire de cette espèce qu'Ochsenhausen doit sa naissance. Avant même l'abbaye actuelle, on pense qu'il existait un couvent. Lors des invasions hongroises du 10ème siècle, les religieuses, dit-on, se réfugièrent à Salzburg après avoir enterré leurs trésors dans un champ. Des années plus tard, un búuf traînant une charrue mit son pied sur le coffre caché et, à la surprise générale, on y retrouva les trésors et reliques précieux. Cet événement fut interprété comme un signe du ciel, commandant d'ériger un monastère à cet endroit. C'est donc à cette jolie légende qu'Ochsenhausen doit son nom et son blason : un búuf sortant d'un portail d'église.

Jusqu'à ce jour, les habitants d'Ochsenhausen sont fiers de leur ville et de son histoire et ce n'est pas uniquement dans les bâtiments de l'abbaye que le búuf se trouve représenté: il orne aussi la fontaine de la place du marché, devant la mairie, et l'on peut même le déguster sous la forme d'une pâtisserie appétissante. Même le petit train-musée qui circule entre Ochsenhausen et Warthausen près de Biberach lui doit son nom : « das Öchsle » (le petit búuf)


Art et culture au monastère

Après sa dissolution, l'abbaye d'Ochsenhausen servit à des fins diverses : école royale d'agriculture ou orphelinat ; hôpital militaire, école normale pour des futures institutrices avant de devenir finalement un lycée. Actuellement les bâtiments de l'ancienne abbaye accueillent l'académie musicale pour la jeunesse du Bade-Wurtemberg. Avec 30 000 participants par an, elle est la plus grande institution de formation continue dans le domaine de l'enseignement musical en Allemagne et fait de notre ville un haut lieu de la musique du Bade-Wurtemberg. Installé dans l'ancien Palais du Prince, le musée abbatial fait revivre l'histoire de l'abbaye bénédictine ; la bibliothèque et la grange de l'ancien monastère servent de salles pour des concerts et des expositions qui y sont organisés régulièrement. Ainsi, l'ancienne abbaye d'Ochsenhausen et son église magnifique, avec son orgue de renommée internationale, revivent en tant que centre des arts et de la culture et attirent de cette manière les visiteurs venus des environs ou de l'étranger.


Romantisme et chemin de fer à voie étroite

Vous voulez arriver à Ochsenhausen par un moyen pittoresque ? Alors prenez l'
« Öchsle » ; le train à voie étroite, le seul à avoir été conservé encore dans le Bade- Wurtemberg. Inauguré en 1899, ce chemin de fer de 750 mm était, autrefois, l'un des cinq trains à voie étroite de la compagnie royale des chemins de fer du royaume de Württemberg. Il y a quelques décennies, la « Bundesbahn » voulait suspendre cette ligne ; la plus belle ligne de chemin de fer en Souabe menaçait de disparaître. Heureusement un groupe « d'amis des chemins de fer«, avec l'aide de l'arrondissement de Biberach et des communes par lesquelles passait le train, purent faire revivre la ligne. Aujourd'hui, en tant que chemin de fer historique, l' « Öchsle », comme on appelle cette ancienne locomotive à vapeur, parcourt entre mai et octobre les 19 km qui séparent Ochsenhausen et Warthausen et fait profiter ses passagers du ravissant paysage Souabe tout au long de ce trajet. Ce train-musée, avec ses 40 à 50 000 passagers par saison est devenu l'une des grandes attractions touristiques de la région.


Ochsenhausen aujourd'hui

De l'ancienne bourgade à l'ombre de l'abbaye, Ochsenhausen s'est transformé au fil des années en une petite ville provinciale, dans laquelle tradition et progrès se sont mêlés de façon harmonieuse et subtile. Ici, on dispose de toutes les institutions publiques nécessaires ; une large variété d'activités culturelles et sportives est assurée par les plus de 70 associations de la ville. L'équipe de ping-pong – « Liebherr-Ochsenhausen » qui joue en ligue nationale a remporté deux championnats d'Allemagne et s'est fait connaître au niveau européen et international. L'hôpital de la ville et la résidence Goldbach assurent la prise en charge des malades et des personnes âgées.
Le cortège équestre de Saint-Georges, au cours duquel 600 chevaliers parcourent les champs en chantant et en priant nous fait revivre chaque premier dimanche de mai le passé glorieux de l'abbaye d'Ochsenhausen. Ce cortège traditionnel remémore un rituel monastique des temps du baroque. D'autres moments phare de l'année sont le carnaval, ou Fastnacht comme on dit ici, le festival de musique « le printemps Souabe« (Schwäbischer Frühling) , la fête de « l'Öchsle « , et la foire de Noël qui transforme la cour de l'abbaye en un village de Noël.

Une place traditionnellement importante à Ochsenhausen est dédiée à l'enseignement. C'est la fondation d'une école supérieure au sein de l'abbaye au début du 17ème siècle qui signifie la naissance d'un enseignement général à Ochsenhausen. Aujourd'hui, la ville est le centre scolaire des alentours. Environ 2500 élèves dans plus de 100 classes fréquentent ses sept établissements publics où toutes les filières sont représentées ; depuis l'école spécialisée pour les élèves en difficulté d'apprentissage jusqu'au lycée menant au baccalauréat. A ceci s'ajoutent l'école de musique communale et une école des beaux-arts. Pour les plus petits, les institutions religieuses et publiques mettent à disposition 400 places de maternelles.

Commerce et artisanat

En plus d'être une ville appréciée pour sa qualité de vie, Ochsenhausen est aussi un lieu important d'activités industrielles et commerciales ; autour de 4 000 personnes y sont employées. Des entreprises réputées d'appareils électroménagers, d'emballage et de l'électrotechnique y sont implantées. L'employeur le plus important est l'entreprise « Liebherr Hausgeräte- GmbH » avec ses 1900 employés qui produisent jusqu'à 600 réfrigérateurs par jour. Outre ces activités industrielles, l'offre large et variée de commerces et de services font d'Ochsenhausen le lieu privilégié d'achat pour les
15 000 habitants des environs. Il y a peu, la commune a ouvert à l'exploitation une nouvelle zone d'activités industrielles sur plus de 20 hectares. Ici, à proximité de la ville, les entreprises trouvent un emplacement idéal entouré d'un paysage attractif. Grâce au rattachement au réseau routier national et international à travers les autoroutes européennes, les liaisons avec Munich, la région du Lac de Constance, la Suisse et
l'Autriche sont rapides. Cette nouvelle ZAC (« Gewerbezentrum Ochsenhausen ») ouvre les voies pour l'avenir économique de la ville dans ce nouveau millénaire.


Conseil municipal et administration

Le siège de l'administration municipale est la mairie, bâtiment historique qui fut édifié en 1606 pour servir de grange de blé de l'abbaye. À la tête des 20 collaboratrices et collaborateurs de l'administration de la commune se trouve le maire, M. Andreas Denzel, élu en 1999 par les habitants de Ochsenhausen pour un mandat de huit ans. Il a pris la succession de M. Max Herold qui, après une période de 24 ans comme maire de la ville, ne s'était plus représenté. Au total, la ville d'Ochsenhausen emploie 130 personnes.

Le maire n'est pas seulement le dirigeant de l'administration municipale mais aussi le président du conseil municipal. Ce conseil municipal compte 21 membres, dont 9 appartiennent aux Démocrates Chrétiens ( CDU ), 7 aux « Electeurs libres « (groupe local libre), 2 font partie du parti Socialiste ( SPD ) et trois représentent une liste indépendante(UL). Leur mandat est de 5 années. Conjointement avec le maire et l'administration de la commune ils gèrent un budget annuel de 20 à 25 millions d'Euros.
Anfahrtskizze
Öffentlicher Nahverkehr
Ochsenhausen im Film
Grußkarten
Stadtplan
Suche
Kontakt & Impressum